Skip to content

« Les candidats chrétiens à la Commission interaméricaine des droits de l’homme ne devraient pas subir de discrimination »

  • Les défenseurs des droits de l’homme demandent un traitement équitable des candidats au poste de commissaire de la Commission interaméricaine des droits de l’homme.
  • Un candidat chrétien est confronté à un « préjudice manifeste » de la part d’un groupe autoproclamé qui tente d’influencer l’élection.

WASHINGTON DC (14 juin 2021) – Les personnes de confession religieuse sont-elles empêchées d’être élues à la Commission interaméricaine des droits de l’homme ? Une coalition d’experts en droits de l’homme et de défenseurs de la liberté religieuse a fait part de son inquiétude cette semaine. La coalition a publié une lettre ouverte aux États membres de l’Organisation des États américains demandant un processus d’élection équitable pour les commissaires. Elle s’inquiète de la “manière accusatoire et péjorative » dont un groupe d’observation électorale autoproclamé a interrogé un candidat sur ses croyances religieuses.

« Personne ne devrait être victime de discrimination en raison de sa foi. Les candidats chrétiens à la Commission interaméricaine des droits de l’homme ne devraient pas être victimes de discrimination. L’interrogatoire du groupe autoproclamé de surveillance des élections au sein du système interaméricain des droits de l’homme concernant les opinions religieuses de Carlos Bernal était sans aucun doute biaisé et témoignait d’un préjugé évident à l’encontre des chrétiens. L’Organisation des États américains ne doit pas cautionner les tentatives de discrimination à l’encontre des personnes croyantes. Ne pas condamner de telles tentatives minera la crédibilité et la confiance dans le système interaméricain des droits de l’homme », a déclaré Tomás Henríquez, directeur du plaidoyer pour l’Amérique latine et les Caraïbes d’ADF International.

Préoccupations concernant les questions biaisées dans le processus électoral

Depuis 2015, un groupe d’ONG dirigé par l’Open Society Initiative a mis en place ce qu’il prétend être un groupe d’experts indépendants pour surveiller l’élection des commissaires. Ils prétendent évaluer les candidats et donner leur recommandation aux États sur le fait qu’ils pensent que le candidat doit être élu. Dans le cas de Carlos Bernal Pulido, concernant l’élection de novembre prochain, le panel a pris contact avec lui pour l’interviewer. Après avoir envoyé les informations initiales qu’ils ont demandées, il a reçu des questions supplémentaires qui ont semé le doute sur son intégrité et sa capacité à exercer la fonction de commissaire en raison de sa foi chrétienne.

La coalition a souligné la « manière accusatoire et péjorative » de l’enquête du panel autoproclamé. Le panel avait envoyé un questionnaire par courriel à Bernal. Il lui demandait s’il était élu commissaire et s’il « appliquerait ses croyances religieuses ou ses interprétations bibliques aux affaires qui lui sont soumises, plutôt que les sources de droit qui s’avèrent être applicables ». Le questionnaire demandait également « s’il considérait que ses croyances religieuses étaient contraires à toute source, norme ou interprétation en matière de droits de l’homme ; ou si sa foi chrétienne l’amenait à avoir des ‘idées préconçues concernant… le rôle que les femmes et les personnes LGBTI devraient occuper dans la société’ » (sic).

D’autres candidats ont été traités différemment

Dans la lettre ouverte, la coalition souligne que « les autres candidats n’ont jamais été invités à dire s’ils appliqueraient leurs croyances religieuses (ou autres) pour remplacer les sources de droit qui régissent le système, et encore moins s’ils ont des idées préconçues sur les groupes sociaux, tels que les communautés religieuses. »

La coalition soutient que « l’évaluation visant à décider si Bernal siégera à la Commission interaméricaine des droits de l’homme ne peut et ne doit pas se fonder sur une remise en question de mauvaise foi de ses convictions religieuses, mais plutôt sur sa vaste carrière judiciaire et universitaire, à l’égard de laquelle le panel n’avait aucune objection. »

Élections prévues en novembre

L’élection des nouveaux commissaires et juges de la Commission et de la Cour interaméricaines aura lieu lors de l’Assemblée générale 2021 de l’Organisation des États américains au Guatemala. Initialement prévue en juin, elle a été repoussée à novembre de cette année. Les candidats aux postes ouverts font actuellement campagne pour obtenir le soutien des États membres.

Restez au courant

Engagez-vous! Inscrivez-vous pour rester informé

« * » indique les champs nécessaires

Name*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.